William L'épopée

Prologue

Prologue: Un orage, un éclair

Un jeune homme en armure complète, avec armes et bouclier se baladait dans un bois. William était un fils d’un grand patron d’entreprise, classiquement délaissé par son père pris par son travail, sa mère étant morte quand il avait dans les dix ans. Il avait mis toutes ses forces, émotions, joies dans sa passion pour échapper à sa solitude.

William était passionné par le Moyen-âge depuis tout jeune, beau chevalier en armure sauvant les demoiselles en détresse, la chevalerie, la galanterie, etc… Cela était certainement du aux histoires que lui racontait sa mère, petit. Bien sûr en grandissant il s’est très bien rendu compte que cela n’existait pas, quand réalité le Moyen-âge était une période dure et violente, remplie de barbarie. Période où la loi du plus fort prévalait.

Cela ne l’avait pas fait abandonner sa passion, vers l’âge de 16 ans il s’était rendu compte qu’il y avait des reconstitutions un peu partout à certaines périodes de l’année. Où les gens qui y participaient s’habillés en costumes d’époque, où des joutes, tournois étaient organisés. Bref un rêve pour un passionné comme lui.

Ce qui nous amène à aujourd’hui à un événement auquel il participe depuis quelques années. Cette fois ci il avait enfin finie de compléter son armure de plates sur mesure. Il avait d’ailleurs pris quelques libertés sur sa conception afin d’être vraiment carapaçonné entièrement par des plates d’acier. On avait l’impression de voir une statue de métal se balader si ce n’était pour les yeux qu’on distinguait derrière son heaume de type germanique. Son armure était sans fioriture, juste de l’acier lisse, si ce n’était pour la gravure d’une fleur de lys dorée sur son coeur ainsi que ses épaules, aussi brodée de la même façon  sur son gambison en fils d’or. La fleur préférait de sa mère.

En dessous de son armure de plates, il portait bien entendu un gambison, mais aussi une tunique de mailles qui se rajoutait à sa protection. Si ce n’était pas pour l’utilisation d’un alliage récent d’acier et d’aluminium, réputé plus résistant que le titane, le poids serait écrasant. Heureusement ce jeune, approchant la vingtaine, grâce à cela ne portait qu’un poids de 15-20 kilos, incluant son bouclier en forme d’écu pour ses équipements défensifs. Mais il portait tout de même plus de 25 kilos de métal si on y incluait ses deux dagues de type gothique sur chacun de ses côtés, les deux épées à une main là aussi une de chaque côté, une épée ‘du royaume de Jérusalem’ et une ‘épée de guerre du XIVe siècle’. les deux lames d’une longueur d’environ 80 cm. Sans oublier la massive épée à deux mains d’1,50m accrochée dans son dos, ni la masse à ailette accrochée à son bouclier lui aussi dans son dos.

Il avait pris toutes ses armes pour tester de leur efficacité sur des arbres dans le bois. Le poids ou leur maniement ne le dérangeait pas tellement, avec son physique. Après tout cela faisait un peu plus de 3 ans qu’il s’entraînait à l’utilisation d’armes et d’armures médiévales. Cela avait donné un physique d’athlète avec des muscles solides et denses, même s’il ne faisait que 1,75m, juste dans la moyenne.

Mine de rien bouger avec autant de poids, et même courir, était assez épuisant si on n’y était pas habitué. Même si les mouvements n’étaient pas trop restreints malgré ce qu’on pourrait croire, il avait en effet aucune difficulté à s’agiter dans tous les sens. Mais respirer avec son heaume était difficile, et le fait que l’armure compressait sa cage thoracique n’aidait pas non plus.

La vision ainsi que l’ouïe étaient aussi très restreintes, surtout la vue. Difficile de voir son environnement autre que droit devant. Ainsi William n’avait pas de réelle difficulté à s’enfoncer dans le bois, si ce n’était pour les branches qu’il se prenait de temps en temps.

 

J’avançais prudemment dans les bois, en faisant attention autant que possible où je m’étais les pieds, afin d’éviter de m’emmêler les pieds et de m’écrouler au sol. Cela et aussi essayer autant que possible d’écarter ces saletés de branches.

‘J’aurai du prendre un foutu heaume à visière, cela aurait été bien plus simple pour voir devant soi, juste besoin de la relever. Là j’ai l’impression que je vais finir recouvert de feuilles et branches. Hum, c’est moi où le vent devient de plus en plus fort, pas que ça me dérange je commençais à mourir de chaud là dessous.’

Je me demande comment ils faisaient à l’époque pour se balader dans les bois avec tout ce fatras bien plus lourd que le mien actuellement. Mon petit doigt me dit qu’ils ne s’y risquaient pas à faire des promenades en pleine forêt. Ou alors pas autant de plates sur le corps. ‘

‘La luminosité a baissé non, il fait bien plus sombre? Le bois n’est pas si dense pourtant.’

*ZDATCH*

‘De la foudre pas loin? Ah oui le ciel s’est salement assombri depuis tout à l’heure, ça risque d’être un gros orage…. Minute foudre?! Je suis en plein bois là avec une petite trentaine de kilos de métal sur le corps. Un paratonnerre sur pattes… Fait chier!!! Il faut vite que je rentre avant que ça empire.’

Je me mis à courir vers la sortie du bois, les éclairs étaient de plus en plus proche, la pluie avait commencé à tomber. Soudain je trébucha à cause de la boue. Je suis complètement débile de courir en plein orage avec cette pluie. Je me releva avec un peu de peine à cause du sol devenant vraiment glissant.

‘Ah merde….’

Un flash lumineux tomba sur moi. Puis plus rien le noir total….


Chapitre 1

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s