William L'épopée

Chapitre 3

Chapitre 3: Deux compagnons.

Une fois passé le seuil de la porte, j’appela les deux orphelins.

« Eanne, Guro, les pillards ont été exterminé vous pouvez sortir! »

J’entendis des bruits de pas, et de meubles qu’on déplace. Puis au bout d’un moment je vis les deux jeunes sortir d’une des pièces du fond. Ils eurent un brusque mouvement de recul, effrayés, quand ils m’aperçurent. Ah oui j’étais couvert de sang et de morceaux de chair… Ils se ressaisirent et s’avancèrent vers moi.

« Vraiment?! »

« Oui, j’en ai éliminé une partie et le reste a été tué par les soldats. » J’hésita et continua, autant être direct je pense: « Comme vous le savez je suis amnésique, et je ne connais strictement pas la région. J’ai appris que vous aurez des difficultés à survivre. J’ai un peu d’argent, même si je ne sais pas sa valeur… Accepteriez-vous d’entrer à mon service? »

« Euh… Qu’est-ce qu’on devra faire? »Dit-elle d’un ton incertain.

« Répondre à mes questions, m’expliquer comment fonctionne cette région, effectuer les tâches que je vous attribue, obéir à mes ordres. Je ne sais pas encore ce dont j’aurai besoin pour vivre ici… Mais je peux vous garantir nourriture, vêtements, et sécurité de votre personne. Vous pouvez accepter et voir si cela vous satisfera si vous voulez. » Répondis-je en essayant de les convaincre.

‘Sécurité de votre personne?.. Ouah je commence à sérieusement à rentrer dans le moule de ce monde…’

« Guro? » Demanda la sœur.

Le petit hocha énergiquement la tête.

‘Brave petit!’

« Très bien nous acceptons… » Dit-elle un peu hésitante.

« Pour l’argent je n’ai aucune idée de la valeur de l’argent, donc je me renseignerai pour le montant d’un juste salaire. Je compte sur toi pour gérer l’achat des produits qui pourraient nous être nécessaires… Enfin nous discuterons de cela plus tard. Allons à la rivière j’ai besoin de vous deux pour enlever mon armure et la nettoyer du sang. » Dis-je en sortant de la maison. J’accrocha aussi le sac que j’avais reçu à ma ceinture. Un bruit de ferraille me suivit.

« Hum ok. Euh comment devons-nous vous appeler? »

« Messire William suffira. »Répondis-je.

« Oui Messire William. »

‘Oye, calme toi mon égo, c’est normal dans ce monde…. Cela ferait bizarre d’appeler son employeur par son prénom… Mais je suis bien trop jeune pour qu’on m’appelle monsieur Malas. Et Messire Malas sonne bizarre dans la bouche d’une jeune fille…’

Je sortis de la maison. Et me dirigea vers la rivière. J’enleva mon heaume. Une bouffée d’air frais frappa mon visage, c’était tout de suite plus confortable.

« Guro, porte mon heaume. » Dis-je en lui tendant. Il le prit aussitôt en faisant attention au sang. « Mets à l’envers » Continuais-je. J’enleva mes gantelets et les déposa dans le heaume. »Merci. »

« Ah Eanna peux-tu me rendre ma dague? Merci » Dis-je en la récupérant et la rangeant dans son fourreau. « J’ai quelques questions qui me viennent à l’esprit… Un des soldats m’a parlé de ma part de butin, qu’est-ce que c’est? »

« Hum, si je ne me trompe pas, les biens que possèdent les personnes sur elles que vous avaient tué vous reviennent en temps de guerre ou contre des mercenaires, pillards et autres. Il peut avoir différentes méthodes de répartition selon le commandant. Mais généralement les officiers obtiennent un pourcentage fixe, puis le reste est répartie entre les soldats survivants. Ah, il y a souvent une prime pour les soldats morts en service payée par le dirigeant qui les emploient aux familles des morts. Enfin cela dépend de la Province, et des commandants. »

« Merci, donc pour mon cas vu que je suis un indépendant? »

« Je pense que vous aurez autant que vous avez tué… »

« Donc si j’ai tué 37 pillards j’aurai les possessions, argent, armes, équipements, etc… de ces pillards? »

« Euh oui… Hein 37?! » Me dit-elle les yeux comme des soucoupes, effarée.

‘Oye c’est quoi ce regard, je n’avais pas le choix!! Je ne suis pas un monstre non plus… N’est-ce pas? Non sérieux 37, sur Terre je serais un meurtrier de masse, ici j’ai l’impression que personne ne tilte face au fait que je tue, mais plutôt le fait que j’ai tué autant seul… C’est une autre mentalité?’

« Je crois que nous allons avoir beaucoup de choses à trier…. » Soupirais-je.

Eanne me regarda comme si j’avais dit une énormité. Puis avança d’un pas résolu.

« Hum qu’elle est la coutume pour les morts ici? » Dis-je en repensant à leur père.

‘J’avoue je manque de tact mais sérieusement comment aborder le sujet de quoi faire avec le cadavre de leur père… Une idée? Moi non… Eh! Faut que j’arrête de me parler tout seul, je ne suis pas fou…’

« On les enterre, même s’il est courant de brûler les morts quand ils sont trop nombreux… » Répondit-elle d’une voix triste avec des traces de larmes dans les yeux.

« D’accord après avoir nettoyé mon armure, et m’être rafraîchie, je creuserais une tombe pour votre père. Si vous êtes d’accord. »

« Merci, Messire. »

Nous arrivâmes à la rivière. J’avais continué la conversation et appris un peu plus sur ce monde. Notamment sur le système monétaire, d’après ce qu’Eanne m’expliqua une pièce d’or valait vingt pièces d’argent, une pièce d’argent valait vingt pièces de bronze, une pièce de bronze valait vingt pièces de cuivre leur expliqua, facile à retenir. Ah et pour la correspondance avec la monnaie terrestre si je me base avec la valeur de l’or, et en faisant tous les calculs, une pièce de bronze vaudrait environ un euro je pense. C’est globalement la pièce de monnaie la plus utilisée. Le budget d’une famille modeste de trois était d’environ trois cent de ces pièces par mois, toujours d’après Eanne. Je devinais facilement que c’était ce qu’ils dépensaient pour vivre. Donc une personne peut vivre correctement avec trois pièces d’or par an après un rapide calcul. Peut être plus si elle doit louer la maison. Bon à savoir, cela me donner une vague idée du salaire à leur verser. Enfin je crois. Hum sinon j’ai aussi compter la somme que je possédais, et franchement je la trouve un peu énorme, surtout pour des pillards vu ce que j’avais appris. Sérieusement. Ma bourse contenait 16 pièces d’or, 223 pièces d’argent, 962 pièces de bronze, et pour les pièces de cuivre je n’ai plus eu le courage de compter. J’ai sérieusement songé à abandonner pour les pièces de bronze, mais c’est comme un jeu passionnant, une fois qu’on commence on veut arriver au bout…. Soit à peu près à 14000 euros dans cette bourse. J’ai utilisé la calculatrice de mon téléphone pour être certain… C’est un montant de folie pour des pillards, 400 euros par personne sur eux soit le budget pour 4 mois d’une personne normale dans ce monde… Au fait je me suis rendu compte d’une chose. Je sais maintenant pourquoi on avait abandonné l’utilisation des pièces. Le poids! Le foutu poids! Le poids de ces pièces allaient de 10 grammes à 15 grammes. J’avais un bon 10 kilos de monnaie au bas mot…. Je ne m’étais pas rendu compte que cela faisait autant quand j’avais récupéré la bourse. Je veux dire sac. Parlant poids, l’armure de bronze de ce jeune seigneur doit faire facile 20 kilos. Petit téléphone aide moi dans mes calculs, donc une valeur au poids de 5 pièces d’or. Tu parles d’une armure de riche, et c’est juste la cuirasse et sans la main-d’oeuvre.

‘Oups je me suis laissé emporter dans mes petits calculs’

Je leur expliqua comment m’enlever l’armure. En leur disant de bien retenir comment ils la défaisaient car ils devront m’aider à la remettre après l’avoir nettoyée.

‘Quoi vous voulez que je me balade sans défense dans ce monde?! Non non je porterais mon armure du soir au matin. Ou en tout cas autant que possible.. Pas fou!’

Pendant qu’Eanne nettoyait délicatement les plates, je me fis enlever mon surcot de maille par Guro. Puis je déboutonna mon gambison, ne gardant que les jambes. Je me débarrassa de ma tunique. Je voulais m’asperger d’eau pour me rafraîchir et me nettoyer le visage. Je marcha vers la rivière. Je ne mis pas les pieds dans l’eau ne voulant pas détremper mes bottes en cuir, même si elles avaient été imperméabilisées. Je mouillai le tissu que j’avais pris avec moi et me nettoya le visage puis le torse pendant quelques minutes, ça faisait un bien fou. Je me sécha et revient vers là le tissu autour de mes épaules où Guro et Eanne nettoyaient activement mon armure de plates.

‘Hum… Eanne est rouge pivoine… Mignonne… Et elle évite mon regard… J’ai loupé quelque chose?’

Je m’assis près d’eux et me mis à aiguiser et nettoyer correctement les deux lames que j’avais utilisé durant mes combats, j’avais été surpris d’avoir trouvé ma pierre à aiguiser dans ma sacoche, il me semblait l’avoir laissé sur Terre. Il n’y avait que quelques traces d’éraflures. Ce fut vite terminé. Je renfila ma tunique et mon gambison. Puis demanda de l’aide à Guro pour nouer mon surcot de mailles. Je garda à ma ceinture une de mes lames à une main et mes dagues, déposa le reste près de mon armures de plates. Puis demanda d’une voix douce:

« Je vais chercher votre père, où voulez-vous que je creuse sa tombe? Il me faudrait aussi un outil pour creuser, et un tissu pour servir de linceul. »

« Avec Maman, Guro montre lui et ramène-lui ce dont il a besoin. » Dit-elle d’une voix un peu tremblante.

« Oui »

Le petit me mena à un grand arbre près de la rivière, où il y avait une plaque de pierre enfoncée dans le sol. Il me pointa l’endroit sans un mot. La pierre était gravée avec une écriture que je ne savais pas déchiffrer, des genres de runes. J’hocha la tête et reparti vers le village récupérer mon sinistre fardeau. Le petit Guro m’accompagna sur une partie du chemin, puis courra dans la direction de sa maison. J’arriva au niveau du corps, et lui ferma les yeux avant de le prendre dans mes bras pour le transporter vers l’endroit où reposer leur mère. Guro m’avait devancé et sans un mot j’enveloppa leur père dans le drap qu’il me tendit. Puis je pris la pelle et commença à creuser près de la tombe de leur mère. Je demanda à Guro de rassembler des pierres pour paver la tombe. Je creusa ainsi pendant une bonne  trentaine de minutes, la pile de pierres à côté de moi s’était bien élevée. Finalement la tombe fut assez profonde pour le corps. Je pava la tombe des pierres. Je déposa le corps doucement au fond, puis retourna là où était Eanne.

Je leur demanda de me remettre mon armure de plates, et les aida là où ils avaient des difficultés. Je remis mes armes en place. Et je laissa Guro porter dans ses bras mon heaume et mes gantelets. Puis on retourna vers les tombes de leurs parents. Je resta à l’écart pendant qu’ils faisaient leurs adieux pour leur laisser de l’intimité, essayant d’ignorer leurs pleurs. Au bout d’un moment Eanne me fit signe après avoir essuyé ses larmes. Je m’avança et m’arrêta devant la tombe.

‘Je jure de prendre soin de vos enfants…’

Je commença à finir de recouvrir de pierres leur père, puis pelleta la terre pour reboucher le trou. Ce fut rapidement terminé. Nous retournâmes ensuite sans un mot vers le village. Le silence était très pesant.

Je vis soudain un soldat courir vers nous. Je l’observa en détail, il était mieux équipé que sur la place mais j’étais sûr de l’y avoir vu. Il me semblait être le même soldat que celui qui m’a donné la bourse. Il portait une cuirasse au dessus de son gambison, des jambières, des brassières et un casque en bronze, avec à son côté une épée. Bon nombre d’équipements qu’il n’avait pas alors.

‘Ils ont du se faire attaquer par surprise?.. probablement. Hum pourquoi court-il vers nous? Une urgence?’

Je commença à me montrer un peu inquiet.  Je repris mes gantelets à Guro et les enfila. Je lui laissa par contre l’heaume. Le soldat finalement arriva à notre niveau, essoufflé.

‘Je le saurais aussi si je courrais avec autant de poids sur le dos… Oh minute! C’est le cas. Même si j’ai l’air largement plus lourdement équipé que lui, en réalité le bronze est bien plus lourd que l’alliage composant mes équipements. Le poids devait plus ou moins être le même…Et puis avec la structure de mon armure le poids repose sur le sol, donc moins pesant.’

Il reprit son souffle, jeta un œil aux deux jeunes, puis parla:

« Messire,  le jeune Lord Grac souhaitera s’entretenir avec vous de la répartition du butin, et de se que vous comptez faire désormais. Si vous aviez l’amabilité de me suivre » S’exclama-t’il poliment d’une traite, stressé.

« Bien sûr je vous suis. » Répondis-je.

Il sourit, se retourna et mena le chemin vers le village. Je fis signe à Eanne et Guro de suivre derrière moi.

« Hum pourquoi n’aviez-vous pas votre armure sur vous durant l’attaque? » Questionnai-je curieux.

« Nous avons été attaqué par surprise quand nous étions détendus en attendant l’arrivée du représentant du Lord Ay… Gough, s’il vous plaît, oubliez ce que je viens de dire. » Dit-il en me regardant embarrassé après s’être brusquement arrêté.

« Oh ne vous inquiétez pas je ne dirais rien. Pas comme si ça me servait à grand chose de savoir ou non ce que faisait un jeune hériter d’une province sur le territoire d’une autre province. Je suis un peu plus concerné par mon amnésie » Dis-je en souriant pour le rassurer.

Il hocha la tête et repris la marche. Je jeta un œil au ciel. C’était la fin d’après-midi d’après le Soleil. Vu qu’on était en été on avait certainement encore quelques heures de jour. Par ailleurs j’avais appris tout à l’heure que comme sur Terre il y avait 4 saisons. Et il y avait aussi 12 mois, contenant 30 jours chacun, en fonction des phases de la plus petite lune, un mois une phase. Ils n’avaient pas de noms spéciaux, juste numéroté de 1 à 12 suivi de ‘lune’, la première lune étant le premier mois du printemps. Au niveau des heures pas de changement par rapport à la Terre, juste une drôle de façon de doubler les heures, autrement dit une heure ici valait deux heures sur Terre, et il y avait 12 ‘heures’. Un mois faisait 5 semaines de 6 jours au passage, là aussi il numérotait juste les jours et les semaines. Facile à retenir, je m’y ferais rapidement. Bien obligé, je n’avais aucun moyen de retourner d’où je venais.

‘Pas vraiment envie de tenter ma chance en me prenant un autre éclair sur la figure… Une réaction sensée je pense.’

Nous arrivâmes bientôt à la place du village. Le jeune Lord Philip Grac discutait avec plusieurs nouveaux soldats certainement faisant partie des renforts, équipés comme celui qui nous guidait. Près d’eux se trouvait plusieurs caisses, qui m’avaient l’air remplies d’armes, de gambison, et de tuniques. Il nous aperçut et s’avança vers nous. Le soldat qui nous accompagnait nous laissa et alla vers ses camarades.

« Ah, Chevalier William Malas, je vois que vous vous êtes nettoyé. Hum qui sont ces jeunes personnes? »

« Oui, j’en avais bien besoin » Dis-je en souriant. « Ce sont les deux jeunes que j’ai sauvé, je les ai pris à mon service. Ils m’aideront grandement dans cette contrée inconnue pour moi. »

« Hum oui j’en suis sûr. Ah ça me fait penser, que signifie ‘Chevalier’ un titre de noblesse ou un rang militaire? »

‘J’avais trouvé une bonne réponse pour mes origines dans ce monde. J’y avais réfléchi depuis un bon moment. Mélange de vérités et de mensonges. Temps de mettre cela à l’épreuve!’

« C’est un peu les deux, le titre ‘Chevalier’ est décerné par un ‘Chevalier’ à un membre de la noblesse ou du commun ayant suivi l’entraînement militaire et qui suit le code moral d’un ‘Chevalier’. Un chevalier venant du commun se voit nommé ‘Chevalier Honoraire’ et accède à la noblesse, mais ces enfant n’en héritent pas à moins de suivre le même chemin que lui. Un ‘Chevalier’ est l’élite militaire dans mon pays, d’après ce que je me souviens, il peut diriger des hommes à la bataille comme faire partie de la cavalerie lourde seulement. Je ne sais pas exactement d’où je suis ni de quelle origine je suis. Mais si je me fie à mon écu » Je le pris de mon dos pour lui montrer le symbole gravé dessus, une fleur de lys couvrant tout le bouclier. »Je possède une armoirie, et seule la noblesse en possède une. Même si d’après ce que je pense me souvenir cette armoirie semble dire que je suis un bâtard d’une maison noble. Certainement riche vu le niveau de mon équipement. Mais je ne me souviens pas. »

« Hum… Intéressant concept… Armoirie? Cela ressemble aux emblèmes que possèdent chaque noble… » Marmonna-t’il. « Vous vous souvenez d’autres choses? » Me demanda-t’il curieux.

« J’arrive à me rappeler de beaucoup de détails divers, mais je suis incapable de me souvenir d’où je viens, ni ce que je fais ici, ni d’ailleurs le sens commun que je devrais avoir. Et je ne pense pas que cela va me revenir, après tout je me rappelle déjà de beaucoup de petites choses, mais pas des importantes… Je suis un peu perdu sur quoi faire à présent.. » Dis-je en tendant une petite perche.

« Ah pourquoi ne pas nous accompagner à la capitale de la province de Réa. Mon père vous octroiera certainement une récompense pour l’aide que vous nous avez apporté dans ce moment de crise. Et vu votre origine de noble, et vos extraordinaires compétences de combattant, malgré votre infirmité je suis sûr que mon père trouvera une place pour vous dans notre province. Si vous êtes intéressé bien sûr. » Dit-il en souriant à pleine dents.

« Je suis curieux de voir la capitale, faire connaissance avec votre province et si je m’y plais j’accepterai avec joie l’éventuelle proposition. » Dis-je sans réellement rien promettre.

‘Je commence à l’apprécier.. Il ne prends pas de haut les autres, malgré qu’il soit d’une haute naissance et riche. Si différent des jeunes riches sur Terre. Il ne semble pas avoir tiqué, ni relevé le terme bâtard. Ils ne sont pas considérés comme une infamie dans leur société. Dans le passé sur Terre, les bâtards recevaient un très mauvais traitement en général, et les mères encore pire. Faut que je me renseigne auprès d’Eanne tout à l’heure.’

« Bien bien » Dit-il sans se départir de son sourire. »Maintenant en ce qui concerne le partage du butin, mes hommes ont rassemblé les biens en état des 37 pillards que vous avez tué… et leurs chevaux. »

‘Merde! Je le savais… Qu’est ce que je vais faire de tout ça moi…’


Chapitre 4

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s