William L'épopée

Chapitre 6

Chapitre 6: Début des préparations.

Le petit déjeuner fut rapidement terminé en silence. Eanne commença à débarrasser. Je quitta la pièce et alla prendre le sac contenant mon capital financier actuel. Je revins et fit rapidement une pile de pièces d’argent et une autre de bronze. Sous les yeux curieux, ou peut être étonnés, je ne sais pas trop, de Guro et Eanne. Je mis 20 pièces d’argent, et plusieurs centaines de bronze sur la table.

« Eanne est-ce qu’il y a un endroit dans ce village pour ce fournir en divers matériels? »

« Oui, Messire. »

« Ah, bien. J’aurai besoin de ton aide pour acquérir divers choses. Tout d’abord tout ce que tu jugeras nécessaire pour notre voyage vers la capitale. Mais aussi de quoi écrire, autant que possible. Ah et si possible plusieurs capes de voyage, trois blanches pour moi, et deux noires pour chacun de vous. »

« Nn » marmonna-t’elle tout en écoutant attentivement ce que je disais.

« Bref tout ce qui pourrait s’avérer nécessaire. Tu seras en charge de la logistique et en partie de nos finances. Donc n’hésite pas à prendre l’argent nécessaire dans ce sac si tu n’as pas assez. » Dis-je en poussant le tas de pièces vers elle.

Elle me regarda avec yeux exorbités. Hum trop de responsabilités?

« Tu auras juste besoin de me signaler ce soir la somme que tu as dépensée. Toutes les dépenses nécessaires seront à mes frais. Par contre fais attention à combien tu dépenses, je n’ai pour l’instant que ça. » Finis-je en souriant.

Elle hocha la tête, ravalant sa salive. Franchement ses réactions sont un peu bizarres non? Après quand on y pense avec le nombre de chevaux que je possède, j’ai un un bon pécule. Mais je n’ai pas l’intention d’en vendre un seul. Quand on pense à un chevalier, on voit un fier homme en amure étincelante à cheval. J’ai au contraire l’intention d’acheter autant de juments que possible et de former un élevage de chevaux. S’ils sont aussi précieux, je n’ai pas l’intention de gaspiller la moindre vie de chevaux reproducteurs. J’utiliserais simplement les mâles castrés comme montures pour mon unité potentielle, et mes futurs chevaliers de l’ordre. Si je dois former une unité et avoir ainsi des fonds, ce sera une unité de cavalerie lourde. Idéale pour mon projet à long terme. La cavalerie a toujours été un facteur clef dans les guerres de l’ancien temps. Rien qu’imaginer une majestueuse charge me donnait le frison.

Je sortis de ma rêverie et expliqua le programme de la matinée.

« Je vais laisser Eanne se charger des préparatifs pour le voyage et des achats nécessaires ce matin. Ah Eanne sais-tu écrire et lire la langue utilisée dans Arnua? »

« Oui, c’est la même qu’ici. Et je crois que c’est la même dans tous les territoires environnants. Même chez les Dataruans. » Répondit-elle.

Pratique ça, pas de différenciation par la langue. Un peu étrange, mais je vais faire avec. Sur Terre généralement un grand territoire/pays résulte dans une langue parlée différente.

« Parfait, j’aurai besoin que tu me l’enseignes, viens me trouver avec de quoi écrire dès que tu auras finis les achats. Pendant ce temps je commencerais l’entraînement de Guro, près de la rivière. »

« D’accord. »

« Cette après-midi, tu suivras aussi un entraînement. Ah j’ai aussi l’intention de vous apprendre à monter. Je suppose que vous n’avez jamais monté? Je vous choisirais une monture docile parmi les hongres donc ne vous en faites pas. J’entends faire de vous des cavaliers dans le futur. Enfin tout est encore en projet, je vous expliquerais plus en détails quand je l’aurai mieux défini. »

Ils me regardèrent un peu choqués, mais surtout excités. Ouai ça doit être la réaction normale quand quelqu’un vous dit qu’il va fournir un cheval, un luxe inconcevable pour eux. D’ailleurs si les chevaux sont si cher, qu’est-ce qui tirent les chariots? Des bœufs? Des ânes? Ou alors de lourds chevaux de trait je suppose.. Après tout ce type de cheval ne doit pas être rare, vu qu’il ne doit pas être utilisé comme monture par les soldats… Je verrais en temps et en heure. La population locale est pour ce que j’en ai vu pour l’instant totalement de type caucasien, donc je serais étonné de trouver des animaux ‘exotiques’ genre lamas ou chameaux.

« Cela me fait penser, il y a t’il une sorte de forgeron dans ce village? Ou quelqu’un qui puisse refaire les brigandines que j’ai sélectionné pour vous? Même si je sais que vous pouvez vous débrouiller, il y a bien trop de choses à faire. J’aimerai aussi qu’il effectue une autre tâche pour moi. » Demandais-je en pensant à la protection pour ma future monture.

« Oui, il me semble qu’il n’a pas été blessé durant l’attaque. » Répondit Eanne.

« Bien, j’irai le voir quand tu reviendras de tes achats. Je crois que j’ai tout dit. » Dis-je en me levant et en me dirigeant vers l’étage pour récupérer mes affaires. Tandis qu’Eanne finissait de ranger et nettoyer.

Quelques minutes plus tard nous sortions tous les trois pour effectuer nos tâches. Tandis que je passais le pas de la porte, j’aperçue deux jeunes, un garçon de l’âge du Guro, et un autre qui avait l’air un peu plus âgé qu’Eanne, 17 ans probablement plus proche de mon âge que du sien. Ils avaient tous les deux les cheveux bruns, et yeux marrons. Et un air de famille était clairement visible, certainement deux frères. L’aîné plutôt costaud semblait en colère. Et visiblement tous les deux m’attendait. Qu’est-ce qu’ils pouvaient bien me vouloir? Je m’avança vers eux. Eanne et Guro suivirent derrière moi, d’après les bruits qu’ils firent tous les deux, ils semblaient les connaître. L’aîné des frères se calma quand il vit Eanne. Non sérieusement pourquoi il était en colère en premier lieu? Pourquoi j’ai la sensation d’être le personnage hyper dense de l’histoire…

« Bonjour Messire, je me présente je me nomme Gilas, et voici mon frère Rul, nous sommes les amis d’enfance d’Eanne et Guro. Nous avons appris que vous les aviez engagés tous les deux suite à la mort de leur père durant l’attaque. C’est vrai? » Dit-il d’une traite.

« Bien le bonjour. Effectivement. » Dis-je en me demandant où il voulait en venir.

Je jeta un œil à Eanne, elle ne semblait pas surprise de la situation, un peu agacée peut être. Soudain je tilta. Gilas ami d’enfance d’Eanne, Eanne amie d’enfance de Gilas. C’était le classique ‘je l’aime depuis l’enfance mais n’ose pas lui dire’! Il devait être en colère parce que je l’emmenais au loin! Finalement je ne suis pas si dense que ça.. Ah mais du coup il va se déclarer et les empêcher de quitter le village? Possible après tout vu son âge il doit déjà travailler pour gagner sa vie, et avec le soutien de ses parents… Je crois qu’à peine engagé ces deux-là vont déjà me quitter. Le jeune homme interrompit mes pensées.

« Actuellement mon frère et moi sommes aussi orphelins. Je travaille comme apprenti chez le forgeron du village pour nous permettre de survivre. Malheureusement il a un jeune fils donc je ne pourrais pas reprendre le métier dans le village. Le père d’Eanne et Guro a été très gentil envers nous et a pris soin de nous et m’a aussi appris un peu de son métier. Je souhaiterais que vous nous preniez tous les deux à votre service afin que nous puissions être au près d’Eanne et Guro, qui sont comme notre famille. »

Sacré discours, c’est moi où il me dit de façon sous-entendue qu’Eanne et lui sont voués à être ensemble depuis de nombreuses années? Le fait d’être ‘comme une famille’, le père qui prenait soin d’eux…. Sa demande de les prendre à mon service m’étonna un peu, mais je suppose qu’il ne peut pas prendre soin trois personnes de façon décente en étant juste apprenti forgeron…

« Ne sois pas arrogant! » S’exclama Eanne.

Oye, il semble que je ne suis pas le seul à avoir compris le sous-entendu. Et cela ne semble pas être apprécié par la principale intéressée… Amour non partagé? Dur…

« Ce n’est pas à toi que je parle! » Cria Gilas en colère.

Crier sur une fille ne produit pas un bon effet tu sais petit? Enfin je dis petit il a juste deux ans de moins que moi. Et puis qu’est-ce que je me la ramène, je n’ai pas une seule copine en 19 ans de vie…. Temps d’arrêter la dispute naissante, sinon je risque de devenir déprimer en pensant au vide de ma vie… Je n’ai pas envie de voir une querelle de pseudos amoureux.

« Hum hum! » Toussais-je. « Eanne peux-tu effectuer la tâche que je t’ai demandé? Je vais m’occuper d’eux. »Dis-je.

« Oui Messire » Dit-elle en jetant un dernier regard furieux à Gilas avant de partir.

« Donc vous souhaitez intégrer mon service? Je n’engage pas de simples serviteurs mais des personnes que j’entraînerais notamment à la guerre. C’est à dire tuer et risquer d’être tué. Vous êtes toujours intéressés? Ah et avant que vous me le demandiez, oui Eanne est incluse, non pas seulement Guro. »

Gilas sembla un peu surpris. Je suppose que j’ai dit quelque chose de pas très courant. Il jeta un regard à son petit frère, puis au dos d’Eanne qui s’éloignait.

« Nous sommes toujours intéressés! » S’écria-t’il avec fougue.

« Bien. Très bien. Venez suivez moi. » Dis-je en me dirigeant vers la rivière. »Gilas tu auras le même salaire qu’Eanne, Rul le même que Guro. Tous les frais nécessaires seront payés par moi, armes, équipements, nourritures, logement, etc… Cette après-midi je vous conduirais vers les chevaux et vous sélectionnerez à chacun une monture parmi mes prises. Je vous apprendrais à monter et à prendre soin de votre cheval. Je vais aussi construire une hiérarchie parmi vous. Je compte prendre encore d’autres personnes à mon service quand j’arriverais à la capitale et sur la route si l’occasion se présente. Gilas et Eanne seront des ‘écuyers’, Rul et Guro des ‘pages’. J’expliquerais plus en détail durant les jours à venir. Ah j’ai un problème d’amnésie au fait Gilas et Rul, je compte sur vous pour me renseigner quand le besoin s’en fait sentir. Le sens commun peut totalement m’échapper entre autre. Je n’ai que des souvenir parcellaires. »

Pendant que je discourais nous arrivâmes près de la rivière. Je les fis se baigner dans l’eau en leur disant qu’être propre était très important. L’hygiène n’était pas forcément très élevée je pense. Après cela je leur montra des exercices à effectuer. De simples exercices de musculation dans le but de développer leur force physique. Faire torse nu jusqu’à épuisement, se reposer, puis recommencer. Des pompes et abdos entre autre. Je les ferais courir en portant des sacs remplis de pierres tout à l’heure. Oh et pourquoi pas rajouter des poids à leurs poignets. Pendant ce temps là je parti sélectionner des branches de chêne pour tailler des épées en bois avec une de mes dagues. Je m’assis après avoir trouvé ce que cherchais et commença à tailler le bois. Le temps s’écoula tranquillement.

Une heure de ce monde plus tard, je vis un ‘hoplite’ se diriger vers moi, avec sur son casque une sorte de crinière noire? Un officier? Je continua ma tâche en attendant qu’il arrive à mon niveau. Curieux de savoir ce qu’il me voulait. L’autre jour c’était un simple fantassin qui était venu me chercher. Il arriva devant moi après avoir jeté un regard surpris à mes trois nouvelles recrues. Il me fit une sorte de salut et se présenta:

« Salutation, je me présente, je suis Raur Dol, commandant de cent hommes, unité d’infanterie lourde, sous les ordres du jeune Seigneur. »

« Je suis le chevalier William Malas. En quoi puis-je vous être utile? » Demandais-je curieux.

« Tout d’abord je tiens à vous remercier pour l’aide essentielle que vous avez apportés contre les ‘pillards’. Je suis là pour vous informer que le jeune Seigneur sera indisponible aujourd’hui. Il sera en réunion diplomatique toute la journée. Il m’a appointé pour répondre à toutes les questions que vous vous poseriez. »

« Inutile de me remercier, je n’ai fait que ce qui était juste. C’est aimable à lui, vous pourrez le remercier. J’ai en effet beaucoup de questions, d’autant plus qu’avec mon amnésie ma mémoire est très incomplète. »

« Ce sera avec plaisir.’

« Si c’est un secret d’état, il n’y aucun soucis à me répondre. Tout d’abord je suis curieux de connaître la situation géopolitique de la région. Les relations entre les pays, et les frontières approximatives notamment. Ah et les structures sociales de la société. Ainsi que le fonctionnement de l’armée, organisation, unités, etc… »

« Je ne pense pas qu’il y aura un problème. Il y a globalement cinq pays sur ce continent, enfin il  y a d’autres territoires tout au nord, mais ce sont des terres où les conflits sont permanents, pas vraiment des pays définis. Au sud de la grande forêt se trouve les terres des Dataruans, immense territoire mais qui est divisé en nombreux clans, qui peuvent des fois être en conflit. Nous sommes actuellement à la frontière entre Réa et Arnua, Réa vers l’est jusqu’au montagne, Arnua vers l’ouest jusqu’aux républiques marchandes, puis l’océan après les républiques marchandes. Au nord se situe le grand Royaume d’Origia. Voilà globalement comment se présente le continent. » Dit-il en terminant son dessin sommaire de la carte du continent. Il continua: « La situation politique est actuellement tendue. Arnua est alliée avec le Royaume d’Origia, en paix depuis quelques décennies avec Réa. Une paix rendu possible suite au mariage du Seigneur avec une princesse Réanne, et à la menace de conflit global avec Datarua, qui menace Réa et Arnua. Quant aux républiques marchandes elles sont totalement neutres, et comme leur nom l’indique, elles se contentent de commercer avec tout le monde. Pour plus de détails il faudra demander au jeune Seigneur. »

« Merci, ça m’éclaire déjà suffisamment. » Dis-je en hochant la tête.

« Au niveau de la structure du pays, hum je suppose que ça dépend des régions. En Arnua les nobles ou le Seigneur possèdent la plupart des terres cultivables. Elles sont exploités par des paysans qui reversent ensuite des taxes aux propriétaires. De la même façon pour les marchands, artisans, commerçants, etc… ils versent des taxes au noble dirigeant la ville ou village dans lequel ils vivent. Les nobles doivent reverser une partie de l’argent qu’ils perçoivent au Seigneur. Sola, la religion majoritaire, et les autres religions perçoivent des dons de leurs fidèles et sont exemptées d’impôts dans une certaine mesure. »

« Les soldats sont un cas plutôt particulier. Ils ne payent pas de taxes sur l’argent qu’ils gagnent, en tout cas pas directement. Généralement, l’équipement du soldat est totalement fourni par la personne qui l’emploie, ainsi que la nourriture et un place dans la caserne, même si c’est d’une qualité plutôt très moyenne. Les fonds sont fournis par le Seigneur, noble ou ville qui les emploie. Il est fortement recommandé de se fournir son propre équipement dès que possible. Les corps militaires sont répartis en cinq catégories: cavalerie, infanterie lourde, infanterie légère, corps d’archers, corps navale. Les deux premières catégories sont généralement réservés aux nobles et aisés, les trois dernières aux classes moyennes et pauvres. Arnua n’a pas de liaison directe avec l’océan donc a une très faible flotte, utilisée que pour les combats fluviaux assez rares, pas très valorisant. L’armée est une façon d’attirer la gloire et le prestige sur une personne, afin d’atteindre une position plus élevée dans la société. Donc c’est compréhensible que la marine est peu attirante. »

« Hum, pourquoi les corps d’infanterie lourde et de cavalerie sont réservés aux nobles et aux aisés? » Demandais-je curieux, après tout si l’équipement est fourni, il ne devrait pas avoir de restrictions à une certaine élite.

« Comme je l’ai dit l’armée est un moyen de progresser socialement selon ses mérites. Et même si l’équipement est fourni, seuls les meilleurs se verront fournir l’armement pour être dans l’infanterie lourde, et donc y avoir une place. Les unités de cavalerie sont encore plus strictes, car la valeur d’un cheval est énorme, et avec les pertes durant les batailles, la plupart des nouveaux chevaux vont aux soldats ayant perdus les leurs. De ce fait ceux ayant les moyens de s’équiper pour intégrer un de ces corps ont une place directement s’ils postulent. Le salaire est bien plus élevé, et avec de la chance dans un bon pillage, peut rapidement rembourser la dépense. Ainsi que payer pour le rachat d’un cheval ou investir dans un équipement de bien meilleure qualité. Et de plus c’est une gloire bien plus rapide à obtenir que d’être un cavalier. Un cavalier est l’élite de l’élite, tout soldat rêve d’en devenir un, ne serait-ce que pour le salaire presque deux fois plus élevé qu’un soldat vétéran. Sans parler de la place élevée dans la société. Tout cela a fait qu’être soldat est plus ou moins un métier de père en fils ou réservé au haut de la société dans les deux corps majeurs que sont la cavalerie et l’infanterie lourde. Et dans une certaine mesure l’infanterie légère. »

« Oh je vois, donc les chevaux obtenus suite à cette attaque est une opportunité en or? » Dis-je en comprenant l’excitement qu’avaient exprimés les survivants du raid des ‘pillards’.

« Tout à fait, c’est même plus que cela, le jeune Seigneur a réparti avec beaucoup de générosité le butin. Il a racheté tous les chevaux faisant partie de la part de la ville, et a distribué deux chevaux à chacun des trente-deux soldats survivants. Autrement dit il leur a assuré un avenir que n’importe quel simple soldat tuerait pour avoir. Et pas seulement à eux, mais aussi potentiellement à leur fils ou à un jeune frère, vu qu’ils ont deux chevaux! Ils peuvent directement faire partie du haut de la société! » S’exclama avec joie et admiration Raur Dol.

« Je comprend, je comprend. Le salaire est si élevé que ça? » Demandais-je surpris.

« Oh que oui, il va trente-cinq à soixante pièces d’or selon l’ancienneté et les exploits du cavalier. Et c’est sans compter le butin! C’est un salaire aussi élevé qu’un simple officier d’infanterie! »

« Autant que ça! » Dis-je avec ahurissement. Sérieusement! En calculant rapidement c’est facilement sept fois le revenu annuel d’une personne moyenne. Et aucune taxe à payer. Et c’est sans prendre en compte le butin éventuel qui peut être conséquent…

« Oui, oui, du coup il y a beaucoup de jalousie actuellement. Même avec les cavaliers actuels. Ce que je peux comprendre, moi aussi je serais vert si je n’avais pas mon petit frère parmi les heureux élus, il m’a déjà montré le cheval qu’il compte me donner. Même si j’ai prévu de rester à mon poste actuel, je le donnerais à mon fils quand il aura l’âge. »

« Je suis heureux pour vous, d’ailleurs comment dois-je m’adresser à vous? » Lui demandais-je.

« Commandant Dol, ou juste Dol, Messire, mon frère vous doit la vie, et ma famille sa bonne fortune. Sans vous tout cela ne serait pas possible! »

« Appelez moi juste Malas, Dol. » Dis-je en souriant.

« Avec grand honneur, ah ne vous préoccupez pas des racontars qui peuvent circuler sur vous. Peu de personnes comprennent pourquoi le jeune Seigneur durant la répartition vous a sélectionné les 37 meilleures montures. Ils sont juste jaloux et de mauvaise langue. Mon frère m’a raconté comment à vous seul vous avez éliminé plus d’un tiers des ‘pillards’. »Dit-il avec admiration. « Vous êtes vraiment un grand guerrier! »

« Merci » Dis-je en souriant.

« Actuellement ce sont ces mêmes langues de vipère qui ont refusé de donner un coup de main pour apprendre à monter aux futurs cavaliers. Du coup mon frère et ses compagnons doivent apprendre par eux-mêmes via de nombreux essais et erreurs. » Dit-il avec soupir.

« Oh je pourrais certainement donner un coup de main si vous le souhaitez, je vais moi même enseigner à monter à mes nouvelles recrues. » Proposais-je.

« Nouvelles recrues? Vous voulez dire les trois jeunes là-bas? » Dit-il avec étonnement.

« Oui, et aussi la jeune fille qui est absente et est partie acheter le nécessaire pour notre voyage. »

« Vous êtes étranges… Vous fournissez une mine d’or à ces enfants vous savez? Enfin je ne refuserais certainement pas l’aide que vous pouvez fournir » Répondit-il avec un petit sourire.

« Je le sais. Alors donnons-nous rendez-vous cette après-midi au près où sont mes montures. »

« Avec joie, je vais informer mon frère et ses amis, ils seront heureux de la nouvelle de ce pas. Si vous permettez. »

« Aucun souci, à tout à l’heure alors. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s