William L'épopée

Chapitre 10

Chapitre 10: Voyage.

« Donc 3 pays qui s’unissent pour résister à un envahisseur commun. » Commentais-je.

« Oui, ah enfin le Royaume d’Ogiria a aussi des ennuis au nord de ses frontières. Il ne pourra donc pas dispatcher des troupes avant de l’avoir réglé. » Précisa-t’il.

« Hum, vous n’avez qu’un seul ennemi à affronter, donc vous avez les mains libres pour rassembler toutes vos troupes. »

« C’était l’idée de l’alliance avec Réa, s’occuper du problème Dataruan, sans se mettre des bâtons dans les roues. Avec chacune des Provinces recevant une somme d’or d’Ogiria pour soutenir les efforts de guerre. Ce qui nous fournit une plus grande chance de survie. Ah mais malheureusement ce n’est pas si simple. » Soupira le jeune Lord.

« Comment ça? »

« Chaque noble plus ou moins important possède une armée privée pour protéger ses villes, villages, terres, biens. Il y a actuellement beaucoup de conflits à la Capitale pour la répartition des responsabilités, des coûts de la  future guerre, de la répartition du support financier parmi les différentes factions, etc… On peut distinguer plusieurs catégories, ceux qui veulent avoir une haute position de commandement pour accroître leur prestige, sans pour autant avoir les capacités, ceux qui veulent minimiser leurs investissements dans la guerre, ceux qui veulent profiter de la guerre pour s’enrichir, ceux qui pensent avant tout à protéger Arnua…. Ces derniers sont la minorité. »

« Bref une lutte entre nobles pour accroître leurs pouvoirs, fortunes, privilèges en profitant du malheur qui va frapper Arnua et sa population. » Dis-je en concluant pour lui.

« Plus ou moins ça, un classique, leurs objectifs principaux étant de réduire le pouvoir de ma famille avec l’aide de la future qui va nous frapper. Ils répètent les mêmes schémas encore et encore à chaque conflit mineur ou majeur. Avec la paix ils ont eu peu d’occasions, et avec en plus un versement d’or d’Origia, ils sont d’un coup bien plus excités. Sucer autant de sang que possible. » Dit-il d’une voix énervée en baissant la tête.

« Je vois, les mêmes choses doivent se produire en Origia et Réa… »

« Oui je suppose. C’est à mon père de gérer la situation. Je me suis en grande partie porté volontaire pour cette rencontre diplomatique en espérant échapper à ces querelles. Avec un peu de chance mon père aura tout réglé d’ici mon retour. » Fit-il avec un petit sourire sournois. »Changeons de sujet, hum… Vu votre statut d’amnésique vous devez beaucoup d’interrogations. N’hésitez pas à poser des questions! » Fit-il en frappant la paume de sa main gauche avec son point droit.

Les soldats nous entourant jetèrent un regard surpris à leur jeune Seigneur, puis me regardèrent un peu suspicieux? Eh! J’y suis pour rien. Il doit juste trouver lassant de parler à en faisant attention à ses mots. Donc il se lâche avec moi, un pauvre type amnésique qui vient de débarquer… Non sérieux, il vient de me demander de poser n’importe quelle question.. C’est comme si le premier ministre s’arrêtait dans la rue interpellant un passant lambda et lui racontant sa vie, répondant aux questions que ce passant lui pose. Genre c’est l’héritier du pays où je me dirige…

« Euh, vraiment? » Dis-je en jetant un regard à Gilas et Eanne… Fermez votre bouche, ne la laissez pas béante…

« Oui! Oui! Allez-y! » Dit-il excité.

« Ah.. Hum.. Vous avez des frères et sœurs? » Demandais-je pris de court.

Je me gifla mentalement, t’aurais pu penser à mieux?! Il me jeta un regard surpris. Puis commença à me répondre.

« Parmi ceux ayant la même mère que moi, la 1ere épouse, j’ai une jeune sœur qui va bientôt avoir 16 ans, et un jeune frère proche des 14 années. Ensuite parmi les bâtards nés des 2e et 3e épouses, j’ai 5 frères et sœurs, l’âge variant de 5 ans à 17 ans. Oh d’ailleurs Iselle ma soeur bâtarde, la fille de la 2e épouse, celle qui a 17 ans va bientôt avoir un enfant. Elle est mariée depuis à peine un an et je vais déjà être oncle. Le temps passe vite, je me souviens quand elle grimpait encore aux arbres. » Finit-il nostalgique.

Une minute… 3 épouses?! Nobles ont un harem?! Et je ne comprend pas pourquoi il appelle bâtards ses demi-frères et soeurs, si leurs mères sont aussi mariés à son père? D’ailleurs comment se déroule mariage ici?…

« Euh, j’ai du mal à comprendre, vos demi-frères et soeurs n’ont pas le même statut que vous? Pourquoi les appelez vous ‘bâtards’ si leurs mères sont mariées à votre père? » Dis-je de façon directe.

« Huh? Seule les enfants de l’épouse considérée comme première épouse peuvent hériter de leur père. C’est courant d’avoir plusieurs épouses pour les hommes puissants, afin qu’ils aient de nombreux descendants. Les enfants des autres épouses sont désignés comme des bâtards, ils n’ont aucun droit à hériter. Généralement les filles sont mariées pour nouer des liens politiques à l’étranger, et les garçons mis à des postes importants s’ils ont les compétences ou se débrouillent seuls. Ils ne peuvent hériter donc il n’y aucun risque. Vous aviez vous même dit être un bâtard, donc vous devez savoir tout ça non? C’est une coutume/loi appliquée sur tout le continent.. »

« Hum… Là d’où je viens le mot ‘bâtard’ désigne une personne qui est née suite à une aventure passagère ou née d’une maîtresse… Plus précisément une personne née d’une relation hors-mariage entre un homme et une femme. » Expliquais-je.

« Hein?! Je ne comprend pas. Si un homme est avec une femme, ils sont mariés. Ils prennent et enfilent l’anneau c’est la loi, il n’y a pas d’exception. Les seuls ne la respectant pas sont les criminels… » Me regardant bizarrement.

« Ah je ne savais pas… »

« Bien sûr, il existe des femmes d’une certaine catégorie, les ‘sans-anneaux’. Mais à partir du moment qu’une femme possède les deux anneaux,  et si un homme est avec elle il doit prendre cet anneau épousant cette femme, et la prenant à charge. Cet anneau doit tout le temps être visible à la main gauche de l’homme. Ainsi la femme sait combien de ‘sœurs d’anneau’ elle aura en acceptant cet homme. Si un homme ne respecte pas la loi, il est sévèrement puni, castré ou exécuté. Le mariage, la ‘prise d’anneau’ doit être rapidement signalé au dirigeant du village ou de la ville, le nom de l’homme est alors gravé sur les deux anneaux au côté de celui de la femme. » Dit-il rapidement, cela devait vraiment être très important dans cette société. Il continua de façon plus calme: »Les anneaux sont donnés par le père à la naissance, ou à la personne en charge si ce sont des orphelines. Selon la richesse de la famille ils sont fait d’or, d’argent, de bronze, d’étain, de cuivre, de fer. Cependant il n’est pas rare de croiser des filles pauvres dans la rue sans anneaux, ou avec des anneaux grossièrement taillés dans le bois ou la pierre. Il y a cependant une loi  qui interdit toute relation avec des personnes de moins de 15 ans. Que ces personnes soient libres ou des esclaves. »

« Je le saurais dorénavant. C’est différent de chez moi, mais nous avons aussi la présence d’anneaux pour marquer le fait qu’une personne est mariée. Donc ce n’est pas si perturbant. »

Il hocha la tête, puis jeta un regard hésitant à Eanne. Puis il dit embarrassé:

« Je suis heureux que vous compreniez… Hum cela me gêne de dire cela… Mais si vous avez une relation avec la jeune demoiselle je vous demanderez de prendre son anneau. Sinon je serais contraint de vous faire arrêter. De même si c’est pour cela que vous l’avez pris à votre service. Ah ne vous inquiétez pas, il n’est pas inhabituel qu’un noble ait une fille de plus basse extraction comme épouse. Et le titre de 1ere épouse est un titre donné par le choix du mari, non pas par l’ordre de mariage. »

Eanne écoutant la conversation s’étouffa et devint extrêmement gênée. Gilas me jeta un regard mortel en voyant sa réaction.

« Ah… Ce n’est pas pour cela que j’ai pris Eanne à mon service. Je n’abuserais jamais de ma position pour une telle chose. Ne vous inquiétez pas je respecterais la loi de ce continent. » Dis-je rapidement, essayant d’écourter la discussion sur ce sujet glissant.

« J’en suis rassuré. » Dit-il visiblement soulagé. « Oh d’ailleurs je suis curieux de savoir en quoi sont faites votre armure et armes. Un minerai spécial de votre pays? »

« Non ce n’est pas un minerai spécial. C’est un alliage. Je n’en connais pas la composition exacte, mais il est fortement à base de fer. »

« Du fer?! Une armure aussi solide?? » S’exclama-t’il abasourdi. « Ah c’est dommage que vous n’en connaissiez pas l’exacte composition.. » Soupira-t’il.

« Oui… Je crois me souvenir que c’était un alliage récent. »

« Je peux examiner une de vos lames? » Demanda-t’il avec un regard excité.

« Bien sûr! » Je tendis ma lance vers Gilas pour qu’il la prenne. Puis dégaina mon épée de ‘Jérusalem’ et la tenant par la lame la tendit vers le jeune Lord Garac.

« Merci! » Dit-il en la saisissant par la poignée. « Humpf! Elle est bien plus lourde que je ne le pensais. » Continua-t’il vacillant un peu pris par surprise.

« Ah? » Lâchais-je confus.

« Si votre armure est fait du même alliage, c’est impressionnant que vous bougiez comme si c’était votre seconde peau. Vous devez être une vrai force de la nature! » Fit-il, médusé et interloqué.

« Pardon? » Dis-je de plus en plus déconcerté.

« Hum ah oui tenez. » Répondit-il, en me tendant mon épée croyant que je la lui réclamais. « Je vous conseillerais de changer régulièrement de monture, ce cheval risquera de souffrir du poids si vous le montez plus de deux heures d’affilé. »

Soit 4 heures terrestres… Hum… Je suis si lourd que ça?

« Merci je suivrais votre conseil.Je tournerais avec les chevaux de Gilas et Eanne. » Répliquais-je un peu incertain.

« De rien, vous prenez soin de votre monture, donc je vous préviens. Vu que vous semblez ne pas vous être rendu compte. » Dit-il avec un petit geste de la main. « Je dois vous laisser, on se reverra plus tard. » Continua-t’il concluant notre conversation.

« Bien sûr! » Le saluais-je.

Après son départ je me mis à la hauteur de Gilas et Eanne. Je souhaitais éclaircir mes doutes.

« Mon armure est si lourde que ça? » Leur demandais-je.

« Oh oui. Vous avez une force incroyable pour porter tout ça. » Dit Eanne en hochant vigoureusement la tête.

« J’ai eu du mal à soulever votre cuirasse pour vous aider. » Confirma Gilas, bien qu’à contre cœur.

Je ne demandais pas pour me vanter…. Non sérieusement, je mettrais ma main à couper sans hésitation en disant que je porte bien moins de 30 kilos de protection… J’étais encore plus embrouillé maintenant. Sérieux c’est quoi cette histoire. 30 kilos ce n’est rien, enfin un homme normal peut porter ce poids. Surtout quand la plupart de la masse se supporte plus ou moins elle même.

La route était une voie large de 5 à 6 mètres, je m’attendais à de la terre battue, mais elle était recouverte de gravier. Elle était surélevée d’un petit mètre par rapport aux champs environnant et suivait le chemin de la rivière. La journée avançait tranquillement, le temps était au beau fixe. Il y avait un petit vent agréable. Je commençais à beaucoup apprécier ce monde. Franchement tout était plus neuf? Hum, non pas exactement ça… Pur? Oui voilà pur. L’humanité n’avait pas souillé ce monde au-delà de toute recognition.

Je ne risquais pas de changer cela d’ailleurs. Je n’ai sérieusement aucune idée comment reproduire la plupart des technologies modernes. Non sérieusement, je sais qu’avec la vapeur on peut faire fonctionner une sorte de moteur. Mais comment? Essayez de vous mettre à ma place. Pareil l’électricité comment on la produit? Les armes à feu? Je ne connais pas les éléments composants la poudre à canon. Des explosifs? Je ne sais pas comment faire de la nitroglycérine, je sais qu’on peut l’obtenir à partir du savon mais comment?… Ou n’est-ce qu’une légende urbaine?

Tout ce que j’ai c’est mon savoir général sur la médecine. Rien que ça c’est assez énorme quand on y pense. Une plaie aura bien moins de risque de s’infecter et causer la mort. J’empêcherai les débiles mentaux pensant que vider le malade de son sang le sauvera. Peut être même inventer un ou deux vaccins. Un vaccin c’est le virus/microbe causant la maladie avec une solution physiologique qu’on injecte dans la personne après avoir détruit sa capacité à se répliquer et causer du mal. Par exemple la variole, suffit de prendre les croûtes des malades, les bouillir et les injecter avec de l’eau salée. Cela devrait marcher nan? Hum… Je devrais peut être tester mes pseudos-vaccins sur des cobayes avant. La variole était une maladie extrêmement mortelle. Rien qu’avec ça je devrais permettre de sauver des milliers de vie, peut être des dizaines de milliers. Et franchement n’importe qui à notre époque pourrait faire pareil.

Mes apports personnels mis à part dans le domaine de la médecine… Pas beaucoup, ou alors je ne vois pas. Ah peut être en améliorant les conditions de vie des gens. Système de tout à l’égout, en creusant ma cervelle je devrais arriver à concevoir un beau truc. Ce serait juste de la simple physique de lycée. Voyons voir quoi d’autre? C’est tout ce que je vois en ce moment. Il y aura certainement aussi des petits détails comme l’étrier et le fer à cheval, mais pas forcément quelque chose de majeure.

Enfin sans oublier la révolution dans le monde du travail des métaux avec mon petit livre sur la fabrication du fer, de l’acier, et une petite annexe expliquant les astuces pour fabriquer des armures, armes, outils plus performants. Oh le travail à la chaîne, je dois penser à l’inclure. Mon projet actuel de rédiger une synthèse des mes souvenirs sur l’Art de la Guerre, et les 36 Stratagèmes Chinois ne devrait pas faire un grand chamboulement. Après tout ils devaient eux-aussi des livres de stratégie de ce genre.

Vers le milieu de l’après-midi j’alla m’asseoir dans le chariot pour reprendre mon travail d’écriture. Je passa Tempétueux à Guro. Eanne me rejoignit quelques instants après. Elle commença à corriger mes fautes, et commenter mes notes. Je ne lui avais rien demandé, mais c’était une sensation très agréable qu’elle vienne d’elle-même m’aider. Elle semblait beaucoup apprécier ce genre de moments… Oui, bon, elle était bien plus intéressée par ce que j’avais écrit que par moi. Donc sincèrement arrêtez de me regarder comme ça Gilas et Dard… Sérieusement Dard ne t’y mets pas aussi… J’envisage sérieusement d’augmenter le ratio de filles, histoire d’éviter les malentendus…

« Ah, ne t’occupes pas de ça Eanne. J’ai seulement écrit dans ma langue. C’est pour m’être en place mes idées et ne rien oublier. Je ferais une version que tu pourras lire quand il y en aura besoin. C’est tout ce que je connais sur l’exploitation et l’utilisation du fer. Je préfère que cela ne se sache pas pour l’instant. »

Curieuse elle avait pris le paquet de feuilles où j’expliquais tout ce que je savais sur l’acier. Elle reposa en silence la liasse de feuilles. Elle semblait un peu étonnée que je sache cela, c’était certainement inhabituel pour un noble de connaître ça. Elle prit tranquillement sans poser de question la feuille que je venais de rédiger et continua sa tâche. Par ailleurs on était seul dans le chariot, Guro et Rul étaient à cheval, tandis que les deux jumelles s’amusaient à échanger des coups d’épées de bois dehors sous l’œil de Gilas… Quand celui ci ne nous observait pas… Je vais juste ignorer ce sujet à l’avenir. Ouai faisons ainsi.

Une heure avant que la nuit tombe la colonne s’arrêta. Les chariots furent regroupés, puis les soldats commencèrent à installer leurs tentes. Ils formèrent rapidement un camp; les soldats plantèrent leurs tentes. Les bêtes étaient près des chariots dans un enclos au niveau de la rivière. Le camp avait un côté protégé par la rivière, pour les autres côtés les soldats montèrent des palissades de bois, d’une hauteur de 2 mètres, qu’ils avaient prises démontées dans des chariots. Elles n’avaient pas l’air vraiment solides, mais je pense qu’elles étaient plus faites pour empêcher un ennemi d’entrer en douce dans le camp et ralentir une éventuelle attaque.

Eanne et Gilas commencèrent à monter nos tentes avec l’aide des plus jeunes. C’était trois tentes du même modèle, elles ressemblaient à ces tentes que j’imagine quand on me parle de scouts… Hum des tentes canadiennes je crois? C’était plutôt spacieux, 8 personnes peuvent y dormir sans soucis. Il y avait une tente pour les filles, une tente pour les garçons et une tente pour moi. Au sol fut placé des sortes de paillasses en paille. Et Eanne distribua deux couvertures par personne. Dans ma tente, Guro et Rul montèrent un lit de camp, une table, une chaise pliable, et un portoir pour mes équipements. J’étais sidéré par tous les objets qu’Eanne avait acheté sans que je m’en aperçoive. Je remercia Guro et Rul une fois qu’ils eurent finis. Et je sortis de la tente. Je trouva près du feu de camp qu’ils étaient entrain d’allumer. Je la félicita sur pour son travail, franchement sans elle je ne sais pas ce que j’aurai fait. Je pense qu’à l’avenir je la laisserais organiser la plupart de la logistique, en plus des finances. Non je ne me débarrasse pas du boulot chiant… Non vraiment… C’est juste qu’elle le fera tellement mieux que moi. Oui voilà.

Un soldat apparut devant moi, équipé d’une façon semblable à Eanne. Il était  venu pour transmettre l’invitation du jeune Lord d’Arnua à participer au repas avec lui, sa famille et ses officiers. J’étais autorisé à prendre deux personnes avec moi pour me servir d’aides. Je n’ai pas trop compris pourquoi j’aurai besoin d’aides, mais ne commenta pas sur la chose. Je lui demanda d’attendre, je retourna dans ma tente déposer le superflu, gardant juste mon armure, ma lame de ‘Jérusalem’, et une de mes dagues. Je ressortis et demanda à Eanne et Guro de m’accompagner. Eanne dit à Dard de s’occuper des autres et vint me rejoindre. Le soldat fit une drôle de face en regardant Eanne, puis se reprit. Il nous guida vers le lieu du repas. Non pas qu’on avait besoin d’un guide pour nous mener à ce grand pavillon visible n’importe dans le camp…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s